Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sabre-et-Esprit

Sabre-et-Esprit

Soldats et diplomates de l'Armée française

Du chef de guerre

Du chef de guerre

Les décisions d’un chef de guerre ne s’improvisent pas. Elles résultent d’un savoir théorique, par l’apprentissage de l’histoire, des mémoires de guerre, des cartes, des variables de la guerre, et par la pratique de l’orientation des groupes d’armées à travers les manœuvres motorisées, les appuis-aériens … la coordination des forces du haut, du bas ; tant bien que celles qui sont présentes sur les mers.

Un chef de guerre est façonné par des vertus guerrières, dont on retrouve les particularités spécifiques dans certains grands écrits de l’histoire militaire. Les plus intéressants sont à retrouver – avis personnel – du côté de la littérature allemande, qui eut l’audace d’énuméré par l’encre, les qualités requises pour l’offensive stratégique. Parmi les facultés recommandées, auprès du coup d’œil et de la volonté, s’établit l’aptitude de l’autorité disposant du pouvoir de décider, à accepter le risque. Un véritable chef de guerre acceptera un risque, même si ce dernier est élevé. Ce risque peut le conduire à la perte, mais bien plus, à la maitrise des événements. Réduisant par cela, le brouillard de l’incertitude. La prise de risque conditionne une offensive stratégique d’une politique de guerre.

Pour décider, et faire triompher sa volonté, un véritable chef de guerre devra reconnaître le terrain, renforcer sa connaissance, pour ensuite attaquer. L’apprentissage minore l’ignorance. La connaissance accroit les paramètres victorieux. Quant à la décision, elle ouvre la porte de l’incertitude… Voilà une façon de faire la guerre.

A l’opposé se retrouveront les penseurs de la défensive, du manque d’audace, de la réflexion sans conviction. Dans l’histoire de la guerre, le chef qui attend trop, éloigne la surprise… La patience vigoureuse mène à la notion toute française et passée, de la drôle de guerre.

Au Mali, les généraux français à la tête du commandement de l’opération Serval, furent audacieux. Ce blog leur rend hommage, comme il s’agenouille devant les chefs tricolores de tout temps, avec pour passion, un regard appuyé vers nos hommes de l’Indochine, de l’Algérie, du Tchad, du Liban, de la Côte d’Ivoire, de l’Afghanistan, de la Libye, du Mali …

« Chaque jour où tes yeux s’émerveillent, honore ceux qui font la gloire de l’histoire que tu vénères. N’oublies jamais qu’avant toi, des êtres, Anciens comme Modernes, se sont battus pour donner sens à ta cité. La terre où tu poses pied, a une âme, une âme qu’il te faut défendre, respecter et cultiver »… par le sabre et l’esprit, la charrue et l’épée.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article