Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sabre-et-Esprit

Sabre-et-Esprit

Soldats et diplomates de l'Armée française

Le désert et l’art de la guerre occidental (1) : Rome

Le désert et l’art de la guerre occidental (1) : Rome

« Le sénat et le peuple romain »

~~Les étendues arides, les régions sableuses qui composent le globe, restent pour beaucoup d’entre les vivants, un inconnu de naissance et de vie. Cela s’explicite pour les Français, par une non-présence intérieure de cette nature avare en faune et flore.

~~L’art de la guerre occidental ne semble point fait pour ces régions infertiles. Et pourtant, longtemps une partie de cette civilisation s’y est établie par la présence des légions romaines, qui faisaient face à Carthage, en droit du : « partout où est un romain, est Rome ».

~~Désertique en certains points, montagneux en d’autres, celui-ci (le désert centre-nord africain) est pourtant riche de ressources humaines et minières. Les peuples y fondèrent des édifices, et les penseurs et commerçants de la Méditerranée y contemplèrent plus d’un rocher pour mille feuillets. Les esprits se laissaient vagabonder à travers les provinces libyenne et carthaginoise. Ces déserts de terre en valaient la peine : on y trouvait or, cuivre et argent.

~~Point de roman à la Chateaubriand, mais nombre d’essais qui ne furent effacés, ont été transmis par cette Rome républicaine, puis impériale, sur ces luttes sanguines qui opposèrent « hommes des sables » et légions romaines. Ces mêmes lettres inspirèrent à la Renaissance, d’autres planches sur les mœurs et difficultés des peuples du nord à s’établir là, où seuls les vents peuvent parfois sauver des vies.

~~En cette ère, la matière stratégique était fondée sur la maitrise des hauteurs et l’installation de bastions défensifs. L’excellence consistait à briser la résistance ennemie par les charges de cavalerie et marches forcées. Méthodes directe et indirecte se succédaient. Rome avançait et protégeait les provinces conquises en attaquant les points faibles de l’ennemi, qui se repliait pour échapper à la poursuite des mouvements romains, commandés par les successeurs d’Auguste. Comme l’eau, la guerre suivait son cours naturel, fondant des brèches, descendants des lieux imprévisibles, se précipitant sur les zones à faible résistance pour y établir son lit.

~~Rome fonda sa politique militaire sur l’alliage des places et manœuvres, double artifice de son art de la guerre dans ses provinces africaines.

~~« La rapidité est l’essence de la guerre. Quand vous cernez une force ennemie en zone désertique ou montagneuse, harcelez là sans précipitation de décision, mais avec rapidité, ce qui est l’essence du faucon, symbole de l’art occidental ».

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article