Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sabre-et-Esprit

Sabre-et-Esprit

Soldats et diplomates de l'Armée française

Revue stratégique : Un Pays, un ministre et une pensée géo-politico-militaire

Revue stratégique : Un Pays, un ministre et une pensée géo-politico-militaire

Abrégé du discours proclamé par le ministre de la Défense à Université Panthéon-Sorbonne, le lundi 18 janvier 2016, pour l'inauguration de la Chaire « Grands enjeux stratégiques »: La stratégie de défense française à un tournant

Introduction:

Evolution d’un monde, et de ses menaces :

C’est (…) en prenant pleinement la mesure, à la fois de la nature des menaces qui pèsent sur notre pays, et des évolutions majeures qui transforment le monde sous nos yeux, que nous pourrons y faire face, préparer l’avenir, et permettre ainsi à la France de conserver la place qui doit être la sienne.

Daech « seul ennemi au Moyen-Orient » : « Le Président de la République a rappelé que la France avait un seul ennemi au Moyen Orient, Daech. »

Autres menaces recensées :
- terrorisme militarisé
- Russie
- la diffusion des capacités militaires avancées.

1) Terrorisme militarisé :

- Les groupes terroristes d’inspiration djihadiste

- Politique révolutionnaire d’embrigadement des masses : désignation des ennemis : « « croisés », les Juifs, les chiites, les apostats, les hérétiques… » « Ce terrorisme nouveau se caractérise d’abord par une virulence idéologique sans équivalent, du moins dans notre histoire récente. ».

2) Moyens d’embrigadement des masses : des moyens inspirés des pensées stratégiques asiatiques et européennes

- De l’utilisation du paupérisme : « L’idéologie djihadiste prend bien entendu racine dans un terreau religieux, politique et socioéconomique favorable. »

« De l’information en continue : « Ce poison est activement répandu par la machine de propagande de Daech, qui fonctionne 24h/24 et 7j/7, en arabe, en anglais, en français, ou encore en russe. Propagande qui produit textes et vidéos tous les jours, se diffuse via Internet et les réseaux sociaux, qu’on élimine régulièrement de la Toile mais qui se reconstitue tout aussi vite. Cette propagande produit en moyenne 15 fois plus de contenus en français que l’administration française ne parvient à en faire pour mettre à nu le message djihadiste. »

3) L’art de la guerre révolutionnaire et de la théorie des partisans

« Daech théorise l’utilisation tactique de la sauvagerie. Il dispose de modes d’actions et de capacités militaires significatives ».

Un territoire, un pouvoir, des ressources, des populations, des soldats, des diplomates… toutes les composantes d’un Etat en formation : « En outre, son ancrage territorial, ses ressources et son projet totalitaire lui confèrent des capacités de nuisance équivalentes à celle d’un Etat. Ces caractéristiques sont celles de Daech en Irak et en Syrie, qui peut compter sur 30 000 à 40 000 combattants, dont certains très aguerris, et de nombreuses armes lourdes. »

4) La tâche d’huile :

« (…) plusieurs capacités djihadistes hors du territoire moyen-oriental. Qu’il s’agisse de l’entraînement reçu, des armes de guerre utilisées, y compris des armes chimiques, ou des procédures de planification et de commandement de l’ennemi, nous sommes ainsi confrontés sur notre sol à de véritables commandos terroristes. »

Une pensée politico-religieuse mondiale et globalisée: « La troisième caractéristique de Daech, c’est bien entendu la diffusion mondiale du phénomène. On savait depuis Al Qaïda que le terrorisme d’inspiration djihadiste était susceptible de recruter et de frapper pratiquement n’importe où, avec des opérations inspirées et parfois montées depuis les repaires de l’organisation. On découvre avec Daech un mouvement suffisamment riche et attractif pour susciter non seulement les ralliements individuels, mais encore les affiliations collectives de mouvements nationaux ou régionaux aussi divers que Boko Haram au Nigéria, ou Ansar Beit Al-Makdis dans le Sinaï. De la région « AfPak » à l’Afrique, en passant par le Golfe et le Levant, « l’arc de crise» identifié il y a presque 15 ans ne s’est pas résorbé. Au contraire, il touche désormais l’Europe et le territoire national, et aussi l’Asie. La mondialisation du terrorisme djihadiste n’est donc pas uniquement informationnelle."

Conclusion d’une première partie sur Daech et les guerres au Levant :

« Al Qaïda, Daech et leurs affiliés représentent une menace grave, une menace répandue, une menace durable. Même si la coalition réduit le pseudo-Etat islamique au Levant, comme nous sommes en train de le faire, non sans difficultés mais avec beaucoup de détermination, il ne fait guère de doute qu’une nouvelle tête de l’hydre djihadiste puisse repousser après ailleurs. »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article