Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sabre-et-Esprit

Sabre-et-Esprit

Soldats et diplomates de l'Armée française

France et renseignement (2): Eviter les maux, garder les armes

France et renseignement (2): Eviter les maux, garder les armes

"Au combat, il n'y a de vérité et de sureté qu'au premier coup de feu. Le reste n'est que probabilité et espérance"

1) Etat des légions du renseignement

~~Aujourd’hui, le renseignement militaire français concentre ses forces sur l’appui aux troupes françaises présentes sur les théâtres d’opérations dans la Bande-Sahélo-Saharienne, en Centre-Afrique et au Moyen-Orient.

La réorganisation des centres et la fusion de certaines branches sont caractéristiques d’un cadrage des moyens en vue de desseins militaires unifiés : le bien commun réclame à ce que tous les membres du corps du renseignement marchent dans le même sens afin d’éviter les apories de mouvements. Les artères doivent nourrir le même cerveau pour coordonner le raisonnement et l’action.

~~ Ainsi, l’interopérabilité des renseignements captés (partagés entre les autorités du renseignement), garantit à l’Etat français une certaine autonomie de décision quant à son approche des faits et des vérités.

~~Le renseignement militaire comprend plusieurs acteurs et vecteurs: certains sont concentrés sur le renseignement d’origine électromagnétique, d’autres sur le renseignement par image, avec toujours une place pour l’humain au-devant de l’observation, comme au-derrière de l’analyse minutieuse. Pointe de l’épée ou manche du glaive, de la proue à la poupe, l’homme reste le vecteur décisionnel du cercle agrandi du renseignement militaire. Néanmoins, « à la mauvaise heure », la boucle des moyens et des fins, s’étend un peu plus, tandis que la progression quantitative de l’homme se restreint à mesure du temps.

~~La maitrise des flux semble indispensable pour le haut commandement qui ne peut appuyer ses opérations au Levant et en Afrique sans dominer le renseignement. Cela passera nécessairement par un croisement des informations entre les différents centres, et par une élongation des capteurs. Il est impératif de multiplier les moyens de coopération entre les centres de renseignement français, et alliés.

~~Des cellules ont été créées, comme l’expliquait le Général de corps d’Armée de la DRM, Christophe Gomart, lors de son audition devant l’Assemblée nationale : le croisement de renseignement permettra de lutter efficacement contre les menaces de toutes origines, terroristes tant qu’étatiques.

~~Les services devront prendre l’initiative du partage, et l’Etat apportait des financements afin d'accroitre les outils mis à disposition de ces derniers, tout en remodelant sa politique de la suffisance humaine (en renforçant les capacités terriennes qui sont actuellement bien inférieures aux besoins).

2) Les instruments des Légions du renseignement

~~Les moyens du renseignement militaire français sont concentrés sur quelques sphères naturelles et matérielles.

~~On retrouve le renseignement satellitaire, avec les satellites Hélios et Pléiade, qui devraient être remplacés ou appuyés par de nouveaux programmes (Ceres, Musis …) avant la fin de la décennie. La France peut également compter sur ses moyens aériens, avec les ATL-II de la Marine nationale, les Harfang, les Reaper (Escadron « Belfort ») récemment achetés auprès des Etats-Unis, le nouveau drone tactique de l’Armée de terre : le Patroller de Sagem. Mais aussi les Super Etendard Modernisés, ou les Rafale de l’Armée de l’air et de la Marine (avec le pod Reco/NG).

~~Des sociétés privées (basées notamment au Luxembourg) sont à inclure dans les missions de reconnaissance et de renseignement dans la BSS (la DRM, DGSE et COS utilisent des avions à hélices en raison du bourdonnement minoré des moteurs). Dans l’avenir, de nouveaux instruments viendront compléter la gamme, certains étant plus improbables que les autres (retour aux dirigeables ; projet Zéphyr de Airbus acquis par le Royaume-Uni).

~~A l’avenir, ce qui comptera pour le renseignement militaire, c’est d’avoir dans les zones hostiles où s’expriment les soldats de l’Armée française, une permanence de ce moyen d’éclaircissement des incertitudes (exemple de l’usage du drone dans l’Adrar des Ifoghas pour décerner l’activité ennemie dans les récifs montagneux).

3) Eviter les maux, garder les armes

~~La boucle qui lie le savoir, la maitrise, la gestion et l’opérationnel se resserre à mesure du dégrossissement des armées et de la globalisation des échanges de l’information. Dans ce mouvement à grande vitesse où s’affrontent « l’espace-temps », la Franc n’aura d’autre choix que de remodeler son modèle de redistribution du trésor public, sous peine de rupture capacitaire. Des programmes, tel que le problématique drone MALE, devront être accélérés, et aucune piste de recherche ne devra être délaissée. Cela appelle à la symbiose nationale. Les esprits et les sabres d’un Etat-nation sont interdépendants de la volonté de l’autorité absolue. Quant à la volonté, elle conditionne l’initiative…

Page FB: https://www.facebook.com/Sabre-et-Esprit-Forces-spéciales-Commandos-Troisième-dimension-694905943959802/

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article