Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sabre-et-Esprit

Sabre-et-Esprit

Soldats et diplomates de l'Armée française

Qu'est ce que Daech ? Analyse du Ministre de la défense

Qu'est ce que Daech ? Analyse du Ministre de la défense

~~Rappelons tout d’abord quelles sont les trois composantes de Daech :

~~« Proto-Etat » composé de techno-guerrilleros

Daech, et c’était l’aspect le plus spectaculaire au départ, est d’abord un proto-État, avec des troupes que j’appelle une « armée terroriste » et qui tente d’exercer des pouvoirs régaliens sur un territoire, de rétablir un califat. Disposant des moyens nécessaires, Daech a envahi des territoires en Irak et en Syrie et possède une armée d’environ 30 000 hommes, dont environ 12 000 combattants étrangers, foreign fighters, et deux positions fortes : Mossoul et Raqqa. Je reviendrai sur son périmètre d’occupation dans cette zone.

Une mouvance internationale

Daech, c’est aussi un mouvement djihadiste international, comme Al-Qaïda il fut un temps, une nébuleuse qui opère par-delà les frontières, jusque sur le sol européen, et qui organise des actions terroristes, commises par des commandos. C’est ce qui m’a toujours fait dire que frapper Daech au Levant, sur son siège, sur son terrain, c’est du même coup protéger notre territoire du continuum de la menace intérieure et extérieure qui pèse sur nous.

Idéologie et terreur

Daech, c’est enfin une idéologie dangereuse, qui veut renouer avec un califat, en façonnant une société nouvelle ; c’est ce que j’appelle, pour ma part, le « califat virtuel » ou « le califat numérique ». C’est une menace à part entière, et la diffusion de messages et de mots d’ordre, en particulier du numéro deux de Daech, Mohammed Al-Adnani, qui appellent au passage à l’acte individuel, peuvent inspirer des individus fragiles ou violents. Ainsi, Daech agit comme un véritable incubateur de terreur, qui essaime dans le monde entier – on pourrait reprendre la liste des attentats et des actions perpétrés, au cours des dernières semaines, sous cette troisième rubrique ; c’est évidemment la composante de Daech la plus difficile à éradiquer.

Du totalitarisme oriental

Je ne l’ai jamais dit de cette manière, mais, de mon point de vue, Daech est une entreprise totalitaire, au sens où elle se fonde sur un substrat idéologique profondément inégalitaire, hiérarchisant les humains en groupe supérieurs et inférieurs, totalitaire au point d’avoir réintroduit l’esclavage, y compris dans sa forme la plus abjecte, l’esclavage sexuel des femmes, notamment yézidies. C’est un groupe totalitaire parce qu’il est fondé sur une volonté d’éradication de tous les groupes qui s’opposent au califat, sur la mobilisation de l’ensemble des ressources sociétales, financières et humaines au service de ce combat terroriste et aussi sur un contrôle policier étroit des populations, soumises à une violence extrême, sans limite, comme en témoignent la nature et le nombre des exécutions commises sur le territoire dominé par Daech.

Les antécédents

Cette menace est nouvelle par sa dimension, mais pas forcément par sa nature : lorsqu’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a voulu, en 2012, constituer un proto-État à partir du Mali, on s’inscrivait aussi dans une logique territoriale. Mais, en l’occurrence, nous sommes dans une situation extrême, où l’ensemble des paramètres ont été poussés au maximum. Notre action doit donc s’adapter à la fois à la continuité de la menace et à son évolution, à la variété des instruments mis en place.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article