Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sabre-et-Esprit

Sabre-et-Esprit

Soldats et diplomates de l'Armée française

Offensive en Commission pour une Défense renforcée

Le député François Cornut-Gentille s'est montré offensif et pour le moins réaliste dans son intervention devant l'Assemblée nationale, sur le budget des armées pour l'année fiscale 2017.
 
Le député a fustigé le silence, et les choix budgétaires du gouvernement (on pourrait dire des gouvernements et des présidences). Retour sur le discours.
 
"Si nous considérons votre budget, sans aucun catastrophisme mais tel que l’avenir se présente à nous, une vision beaucoup plus préoccupante s’impose.
 
L’urgence et la préparation de l’avenir demanderaient en effet une mobilisation de tous pour surmonter des fragilités grandissantes et à ce jour sans remède".
 
"Alors que l’objectif principal d’une loi de programmation militaire est de préserver voire de renforcer les équipements, la dégradation dans ce domaine semble désormais s’accélérer à un rythme angoissant".
 
"Ainsi, en 2015, plus d’un tiers des équipements attendus n’ont pas été livrés. Il s’agit du taux de réalisation le plus faible depuis 2008, confirmant une baisse continue depuis 2012. En clair, les forces ne réceptionnent pas les nouveaux équipements pourtant promis pour remplacer des matériels à bout de souffle. Ces matériels, âgés pour certains de plusieurs décennies, sont arrivés à la fameuse rupture capacitaire annoncée depuis 10 ans. Ceci explique certainement pourquoi vos services n’ont pas voulu rendre publics les taux de disponibilités de certains matériels pourtant publiés les années passées".
 
Dans ce contexte, les chefs d’Etat-major, unanimes, demandent l’accélération du renouvellement de leur matériel. La question est maintenant : comment combler le retard accumulé et répondre à cette nouvelle demande pressante ? Il est à craindre que nos fantassins continuent à user jusqu’à la corde les bons vieux VAB qui viennent de fêter leur 40 ans.
 
En outre, lorsque les nouveaux équipements arrivent, ceux-ci montrent d’inquiétants signes de faiblesse. J’en veux pour preuve les hélicoptères Tigre qui affichaient une disponibilité inférieure à 20 % en 2014. En 2015, le chiffre est subitement classifié.
 
Dois-je enfin évoquer l’A400M sur lequel votre silence est assourdissant ? Peut-on encore se taire lorsque l’on sait qu’à l’heure actuelle, seul un appareil sur 10 est en état de voler. Depuis 2012, nous sommes dans le brouillard. Nous ne savons toujours pas quand l’avion volera à pleine capacité et à quel coût ?
 
Pour pallier cette rupture capacitaire, la DGA est contrainte d’acquérir des C130-J chez nos concurrents américains. Plus grave encore, dans l’urgence, nos armées en sont réduites à faire appel à des affréteurs russes ou ukrainiens."
 
Au total, un énorme malentendu s’est installé : sollicitées de toute part, les armées bénéficient à juste titre du soutien de l’opinion publique. Mais chacun pense que les militaires disposent dans la durée de tous les moyens humains, techniques et budgétaires nécessaires. Or, vous le savez, nous sommes bien loin du compte.
 
Pire, sans même tenir compte des sérieuses menaces qui pèsent sur la fin de gestion 2016, jamais la situation de la défense n’a été rendue aussi critique par l’effet conjugué de trois éléments :
 
- la dérive du titre 2 et du fonctionnement
 
- la rupture des équipements
 
- le défi du renouvellement nucléaire qui se profile

 

 

Suivre l'actualité militaire en continue sur Facebook "Sabre et esprit de l'armée française" : https://www.facebook.com/Sabre-et-Esprit-de-lArm%C3%A9e-fran%C3%A7aise-694905943959802/

 

Dernier ouvrage : Les guerres françaises du XXI siècle (Atelier Fol'Fer, 312 pages)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article