Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sabre-et-Esprit

Sabre-et-Esprit

Soldats et diplomates de l'Armée française

Les premisses d'une armistice pour vingt ans

Après la fin de la Grande Guerre de 1914, les hommes eurent la conviction profonde et l'espoir presque universel que la paix régnerait dans le monde. Cette aspiration de tous les peuples aurait pu être aisément satisfaite si l'on s'en était tenu à de justes principes, avec le secours du bon sens et de la sagesse.

L'expression "la dernière guerre" était sur toutes les lèvres, et des mesures avaient été prises pensions-nous, pou qu'elle devienne. Le président Wislon, fort pensions nous de l'autorité des Etats-Unis, avait imposé à tous les esprits la conception d'une société des Nations. les armées alliées bordaient le Rhin et leurs têtes de pont s'enfoncaient profondément dan une Allemagne vaincue, désarmée et affamée. A paris, l'avenir faisait l'objet de débats et de disputes entre les chefs des puissances victorieuses. Ils avaient devant eux une carte de l'Europe qu'ils pouvaient redessiner presque à loisir. Après cinquante ans d'angoisse et de péril, la coalition teutonique se trouvait à leur merci, et aucun de ses quatre membres ne pouvait leur opposer la moindre résistance. 

Les chefs de guerre réunis à Paris au cours de l'été 1919 y avaient été portés par les courants les plus forts et les plus furieux qui aient coulé dans l'histoire de l'humanité. l'époque des traités était bien révolue, où des hommes d'Etat et des diplomates distingués, qu'ils soient vainqueurs ou vaincus, se réunissaient pour débattre courtoisement et refaure ke libde sur des bases consensuelles, loin du vacarme de la démocratie. Les peuples emportés par leurs souffrances et par l'inspiration d'enseignements de masse se dressaient par millions pour exiger une vengeance exemplaire.

Malheur aux dirigeants, désormais hissés au faite vertigineux de la gloire, s'ils s'avisaient d'abandonner à la table de conférence ce que les soldats avaient gagné sur des centaines de champs de bataille ensanglantés.

 

Churchill

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article