Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sabre-et-Esprit

Sabre-et-Esprit

Soldats et diplomates de l'Armée française

La bataille de la Moskova : un songe qui s'écroule

Nous sommes en 1812, et le Tsar va enfin livrer bataille. Alors que la Napoléon avance en terre russe avec des centaines de milliers de soldats, la Russie elle, n'a pas de réel stratégie. Les officiers sont désarçonnés. Que faire face à l'ogre français ? D'un entourage pensif, le garde rapprochée d'Alexandre I décide finalement d'acter le face à face. Il faut stopper l'avancée française et mettre à bas ce petit général Corse qui s'est couronné de lui même, devenant par son titre et sa gloire, l'égal des Césars. "La conquête m'a fait ce que je suis; la conquête seule peut me maintenir". Napoléon cité par Bourrienne.

Le 5 septembre 1812, Murat fait face à une résistance russe qui a pour audace de combattre la Grande Armée. De ces combats terribles découle alors la bataille de la Moskova où cinquante mille Russes sur quelques cent vingt mille, trouveront la mort. Cette bataille qui atteint le moral de la Grande Armée fut décrite par les pensées de Tolstoi. Il en présente l'illustre déroulement, sous les traits acérés de sa plume, mettant au-devant, l'horizon funèbre qui s'abat sur l'ambition de l'Empereur français. 

"Tout y concourait : un ciel obscur, une pluie froide, un vent violent, des habitations en cendre, une plaine bouleversée, couverte de ruines et de débris; à l'horizon, la triste et sombre verdure des abres du Nord; partout des soldats errant parmi les cadavres et cherchant des subsistances jusque dans les sacs de leurs compagnons mort; d'horribles blessures, car les balles russes sont plus grosses (...); des bivouacs silencieux, plus de chants, point de récits; une morne taciturnité (...) Tous les moyens qui, autrefois, étaient immanquablement couronnés de succès; et la concentration du feu de l'artillerie, et l'attaque des réserves pour rompre les lignes, et la charge de la cavalerie, des hommes de fer - tous ces moyens avaient déjà été utilisés, et non seulement on n'obtenait pas la victoire, mais il s'agissait toujours, dans les renseignements qui affluaient de tous côtés, de généraux tués ou blessés, de besoins de renforts, de la résistance des Russes et de la désorganisation des troupes. (...) Napoléon, lui savait fort bien avec sa grande expérience, ce que signifiait une bataille où, après huit heures d'efforts, l'assaillant n'a pu obtenir la victoire, il savait que c'était une bataille presque perdue et que maintenant - dans cette situation - le moindre incident pouvait lui être fatal, à lui et à son armée".

Le 14 septembre, Napoléon entre dans Moscou. Un sentiment de vide parcourt l'ensemble de ses hommes. Moscou a fuit, Moscou s'est retirée. La ville fameuse asséchée de son âme parait en sommeil. Il ne reste que des pierres à observer pour quiconque s'y trimbale.

La prise a un goût amer, qui laisse retomber une sensation cuisante sur des soldats qui s'y voyaient flâner en vainqueur de la paix européenne. Car sans Moscou et l'Eurasie, Londres aurait succombé. Le pays de la déstabilisation continentale croulait sous les dettes. Son commerce vacillait. L'hégémonie était condamnée à la vassalité : la terre allait asservir la mer. Paris aurait alors élevé au plus haut sommet de l'univers, l'autel du Saint-Empire Romain-germanique-slave. Un empire plus vaste que celui de Gengis Khan. 

Mais c'était sans compté sur Rostopchine et l'ardeur russe. Le 15 septembre, ce dernier fait incendier Moscou. Napoléon qui attend un mois, doit finalement repartir. Le rêve s'affaisse à Moscou. La flamme tricolore agonise. L'aigle vole alors de défaite en défaite, jusqu'à s'étouffer sous les murs de Fontainebleau...

 

Suivre Sabre et Esprit :

- Actualité militaire française et internationale au quotidien sur la page facebook : https://www.facebook.com/Sabre-et-Esprit-de-lArm%C3%A9e-fran%C3%A7aise-694905943959802/?ref=bookmarks

- Linkedin : Profil "Thomas HERNAULT"

Ouvrages publiés :

"Les guerres françaises du XXI siècle" (sur Amazon)

"L'évolution de la doctrine d'utilisation des Forces spéciales françaises" (Fnac et Amazon)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article