Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sabre-et-Esprit

Sabre-et-Esprit

Soldats et diplomates de l'Armée française

6 juin 1944 : Opération Overlord

"Et un vent d'espoir se porta d'Albion vers la France. C'était un vent que nous sentions grandir...". Quel mois que le mois de Juin. La Seconde Guerre mondiale avait quelque peu basculer à l'Est. L'Afrikakorps scintillait dans le Sud. Et le Nord de l'Europe allait faire connaître au monde, le prodigieux savoir militaire Occidental. Ce mois serait celui du plus grand débarquement au monde. Le jour serait le 6 juin 1944...

En avant vers la gloire

Le 5 juin 1944, la BBC diffuse une série de messages codés à travers lesquels les services de la résistance française déchiffrent le lancement de l'opération Overlord. C'est l'heure ! En Angleterre, la 82e et la 101e division aéroportée américaine, ainsi que la 6e aéroportée Britannique commencent à monter dans les planeurs qui les guideront au-dessus du sol français. L'esprit de chacun est au D-Day : "Saint-Michel, ange des Paras, avec nous" !

Sur la mer, des dragueurs de mines avancent en direction des côtes normandes. Dans l'attente de l'arrivée des troupes qui doivent suivre par vagues successives, les premiers parachutistes sont largués et dispersés dans des zones éloignées de celles qui avaient été désignées en amont par le commandement composé d'Eisenhower, Bedell Smith et Montgomery. En accompagnement des troupes aéroportées Alliées, de nombreux parachutistes factices, bourrés de pétards ou d'explosifs, sont parachutés dans toutes les villes qui bordent la côte : La Madelaine, Sainte-Mère-L'Eglise, Cabourg, Vierville, Benouville... Ce lâcher laisse croire aux Allemands que le véritable débarquement aura lieu dans le Pas-de-Calais. Pourtant, la diversion n'en était pas une et 130 000 soldats venus du monde entier se préparent à débarquer sur les plages.

Dans le même temps, l'opération menant à la capture de Pegasus Bridge est un véritable succès pour les parachutistes, en raison notamment des atterrissages difficiles mais réussis par les pilotes de planeurs. 

A 4h, l'ordre est donné aux 130 000 soldats entassés dans les ports, de monter à partir des filets de sauvetage dans les barges qui les mèneront bientôt vers l'horizon français. Des barges de débarquement à l'odeur particulière : un mélange de sel de mer, de gazole et de vomis. Un doux sentiment répugnant qui fait regretter aux milliers de soldats américains, canadiens, français, anglais, australiens... les copieux petits déjeuners auxquels ils avaient nerveusement eu le droit vers 3h. 

Opération Overlord : les plans

L'architecture de l'opération Overlord a été pensée pour s'étendre sur cinq grands espaces allant de Quineville à Merville. A l'Ouest de la Normandie, ce serait la 1 Armée US qui débarquerait sur la plage d'Utah. Vers Colleville, sur la plage d'Omaha, serait concernée la 1re division d'infanterie US qui devrait faire face à la 352 division d'infanterie allemande. Vers Arromanche, les plages de Gold, Juno et Sword seraient partagées entre les divisions britanniques, canadiennes (principalement sur Juno) et française puisque les 177 commandos-marines intégrés au Special Service Brigade britannique, débarqueraient à Ouistreham avec à leur tête Philippe Kieffer. 

Le printemps de l'espoir pour les puissances Alliées

Vers les environs de 6h, alors que le ciel se couvre peu à peu, les machines volantes décollent en direction des plages afin d'effectuer de nouveaux bombardements stratégiques. Ces derniers doivent réduire la présence de mines et anéantir les barrières maritimes posées par les troupes de Rommel (mûr de l'Atlantique). Au même moment, les péniches de débarquement munies de lance-roquettes poursuivent sur le rivage, les tirs de destruction (dont la plupart, trop court, tombèrent dans la mer). 

Dans l'autre camp, à l'aube, au quartier général de von Runsted, les soldats à croix de fer s'affolent. La DCA fait remarquer un nombre important de vols, et des soldats allemands font état de parachutistes capturés dans les marais. Il semblerait que la diversion n'en soit pas une...

Utah Beach et Omaha Beach: 6h45

A Utah Beach, la 4 division d'infanterie américaine débarque au prix de pertes légères, et commence à s'infiltrer en profondeur des lignes allemandes. A Omaha Beach, les choses s'avérèrent bien plus périlleuses. Le bombardement aérien a échoué, et les falaises auxquelles faisaient face les Américains sont surplombées par des Bunkers tenus farouchement par la Wehrmacht. A l'image ce qu'on peut observer dans le film "Il faut sauver la vie du soldat Ryan", nombre de soldats furent balayés lors de l'abattement des rampes de débarquements par les MG-42 allemandes. Les défenseurs avaient d'ailleurs reçu un soutien de quelques éléments de la 352e division d'infanterie. Il faudra attendre l'initiative et l'audace de quelques éléments américains qui atteindront les falaises pour que la plage d'Omaha soit prise. Le général Bradley ayant même envisagé un moment de l'abandonner pour un nouvel objectif moins périlleux. 

Gold, Juno, Sword : 7h15

Sur Gold Beach, la 50e Division britannique s'enfonce dans les terres intérieures françaises plus facilement que leurs pairs Américains. 

Sur Juno, le bilan est plus mitigé pour les troupes canadiennes qui firent face à des fortifications Allemandes bien tenu par la 21e division de Pz.

Sur Sword Beach qui s'étend jusqu'au petit port de Ouistreham, Français et Britanniques rencontrent des difficultés avec la marée inhabituellement haute qui retarde le débarquement des chars d'assaut. La présence de mines est également le point chaotique pour les blindés qui dépendent en ce moment des sapeurs. Mais rien ne peut atteindre la gloire des porteurs du drapeau tricolore : les 177 du 1er bataillon de fusiliers marins commandos prennent une partie de la plage.
Ils perdent le 6 juin à Ouistreham, 7 hommes, mais réussissent à s'emparer du casino de Riva-Bella avant de faire jonction avec les troupes présentes autour de Pegasus Bridge. 

En cette clôture de l'opération Overlord

La journée du 6 juin se solde par la prise des plages de Normandie. Désormais, le plan de Montgomery viserait à s'emparer de Caen et de ses environs afin d'établir des terrains d'aviation. Mais les combats allaient s'avérer difficiles, le renseignement allié ne s'étant pas aperçu que la 21e division de panzers se trouvait déjà dans la région. D'autre part, le souhait de s'emparer de la ville normande dans les premières vingt-quatre heures paraissait bien ambitieux, ne prenant pas en compte l'obstination des soldats allemands. Rappelons également que le bombardement massif de Caen ne pouvait que nuire aux troupes qui mèneraient l'offensive...

Enfin, des unités allemandes de haut rang s'avançaient avec retard vers le point de friction : la 1er SS Panzerdivision Leibstandarte Adolf Hitler, la 12e SS Panzerdivision HitlerJugend, ainsi que les Panzer Lehr...

On entrevoit au soir du D-Day, les lourds combats de la bataille de Normandie...

6 Juin 2017

La journée du 6 juin 2017 permet de rendre hommage à l'ensemble des forces en présence : aux Anciens de 39-45.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article