Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sabre-et-Esprit

Sabre-et-Esprit

Soldats et diplomates de l'Armée française

Mitterrand à l'IHEDN, le 11 octobre 1988

"Je poserai d'abord ces deux questions : que veut la France ? Autour de quels objectifs majeurs organise-t-elle son action ?

Que veut la France ? Notre pays ne nourrit, vous le savez, aucune ambition territoriale. Elle n'a pas de raison de vivre autrement qu'en harmonie avec les autres. Mais des menaces peuvent exister. Chacun n'a pas les mêmes sentiments. Or la France est une nation libre et elle entend se déterminer par elle-même, décider de son mode de vie et des voies de son avenir. Elle peut pouvoir se défendre face à toute agression. Le premier objectif de notre défense sera donc de maintenir notre identité et notre indépendance. J'ajouterai que cette indépendance ne peut elle même être asurée que si nous conservons, pour préserver nos intérêts vitaux, notre autonomie de décision. 

Nous faisons partie d'un alliance et nous sommes solidaires de nos alliés; Ils sont en droit d'attendre de nous notre concours en cas de danger, d'agression, comme nous sommes en droit d'attendre le leur. Mais la décision de prendre dépend de nous et de nous seuls. C'est ce qui autorise à définir notre stratégie comme une stratégie autonome de dissuasion, plus précisément de dissuasion nucléaire. 

(...) Je reviens sur les objectifs de notre stratégie. D'abord, ai-je dit, assurer notre indépendance; j'ajoute, défendre notre identité. La France est une démocratie qui croit en ses principes. Elle n'a pas l'intention de se lancer dans des conflits de caractère idéologique. Mais elle n'ap as l'intention non plus d'avoir à supporter des pressions extérieures, qui viseraient à transformer notre mode de vie intérieur et à nous faire adhérer à des systèmes qui nous paraîtraient condamnables.

(...) Il n'y a pas de défense solide sans économie saine. Le déséquilibre économique et budgétaire contrarierait notre défense, compromettrait notre sécurité. La Nation consent pour le budget militaire des sacrifices importants au détriment d'autres secteurs. Non seulement cela doit être accepté, mais cela doit être proclamé, à la condition de savoir garder le bon sens nécessaire et de savoir distinguer ce qui peut être fait et ce qui ne peut pas l'être. L'essentiel est que nos moyens de défense collent à la nature des menaces en même temps qu'à l'évolution des techniques. 

Pour revenir à l'essentiel, notre stratégie est et reste fondée sur la dissuasion nucléaire. En quoi consiste cette dissuasion ? J'aperçois ici et là tellement de contresens que mieux valent les définitions simples. La dissuasion nucléaire consiste à empêcher tout agresseur - éventuel - de s'en prendre à nos intérêts vitaux à cause des risques qu'il encourrait. La dissuasion n'est pas faite pour gagner la guerre, elle est faite pour l'empêcher, la prévenir.

Il reste à maintenir nos forces en situation de "suffisance" en quantité, en qualité, en performance afin d'être en mesure d'infliger à l'agresseur des dégâts pour le moins équivalents à l'enjeu que nous représentons.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article